De l’importance de l’information
Présentation de La Réplique

C’est avec grand plaisir que nous inaugurons cette première édition de La Réplique.

Fruit d’échanges et de discussions en comité mobilisation et comité journal, ce blogue fusionne le journal du SPPCM (Espécéaime), en version 2.0, et le site web du syndicat.

Vous y trouverez tous les renseignements syndicaux nécessaires (exécutif, plan de travail, calendrier, renseignements et documents importants), provenant de la version antérieure du sppcm.org, décrivant le fonctionnement de l’exécutif et des centrales syndicales associées.

Le section du blogue La Réplique vous invite à poser votre regard sur différents enjeux touchant, de près ou de loin, les professeurs et professeures de Maisonneuve.  Syndicalisme, éducation, enjeux sociaux, culture:  le spectre est large.  Vous avez d’autres préoccupations, un avis à partager?  La section opinion comble ce besoin.

La Réplique est notre journal syndical.  L’équipe d’auteurs est volante : si vous avez envie de vous exprimer, si vous voulez y participer, vous le pouvez. La rubrique “Dans la bibliothèque de…”, pilotée par notre collègue Frédéric Thibaud, en est un parfait exemple.  Je lui laisse le soin de vous présenter son projet dans la section culture.

Pourquoi ce blogue, ici et maintenant?  Pourquoi y consacrer toutes ces énergies?

De l’importance de l’information, tout simplement.

Aux États généraux en enseignement supérieur (ÉGES) tenus en mai dernier, on nous a rappelés que les étudiants des milieux post-secondaire vivent de plus en plus dans un état de précarité financière. Tout comme les professeurs de statut précaire. Nous avons pu constater les préjudices créés par la marchandisation de l’éducation sur la qualité des infrastructures de l’ensemble du réseau, sur l’offre de programmes et la valeur des diplômes. Nous avons appris que des professeurs sont muselés par leurs conseils d’administration, où la place accordée aux membres de ces institution rétrécit d’année en année.  Insidieusement, sournoisement, le milieu de l’éducation vit une lente dérive idéologique et pédagogique dont nous tous ferons les frais.

Personnellement, ce genre d’information m’incite à dénoncer, mais aussi à agir.  Savoir suscite l’indignation, stimule (je le souhaite ardemment) la réflexion et favorise la mobilisation.  Par mobilisation, j’entends la définition toute simple du Larousse (réflexe étudiant facile) : Action de rassembler et de dynamiser les énergies[1].  C’est la pulsion nécessaire non seulement à la défense de nos acquis, mais aussi à tout changement souhaité par une collectivité.

Seul, on peut avancer plus vite, ensemble, on peut avancer plus loin, dit le proverbe africain[2]. Mais pour ce faire, il faut être conscientisé, et informé.

C’est ce à quoi La Réplique vous convie.  À un lieu de mise à jour de l’information, en cette ère de la post-vérité et de la multiplication des plates-formes.  À un lieu de réflexion et d’échanges, qui vous permettra, nous l’espérons, de vous informer, vous conscientiser, vous permettre de prendre des décisions éclairées, syndicales ou autres. Afin que l’on dynamise nos énergies vers des buts communs.

Je termine en remerciant les professeurs et professeures qui se sont laissés-es tenter par l’aventure et qui ont contribué à cette première édition de La Réplique.

Et à vous tous, bonne lecture!

Ann Comtois
Vice-présidente à l’information, SPPCM
Responsable du comité de rédaction de La Réplique

 

Politique éditoriale de La Réplique

Le blogue La Réplique est un outil d’information diffusé par le SPPCM qui s’adresse à l’ensemble de ses membres.

Il a pour objectifs l’étude, la défense et la promotion des intérêts et des objectifs professionnels, syndicaux, économiques, culturels et sociaux de ses membres. Il vise également la promotion de la recherche et de la qualité du travail en éducation.

C’est un espace public et politique où la multiplicité des points de vue est possible, en toute indépendance des positions de l’exécutif. Toutefois, les textes qui comportent des propos discriminatoires ou diffamatoires (ex : contenus homophobes, racistes ou sexistes, attaques personnelles) ne peuvent faire objet de publication.

Il n’y a pas de longueur maximale pour les textes reçus. Les textes ne sont pas obligatoirement féminisés.

Les textes soumis doivent être signés. Les opinions exprimées n’engagent que leur auteur. Les images où aucun crédit n’est mentionné sont libres de droit.

La révision des textes est une responsabilité conjointe du comité exécutif et du comité de rédaction. Ces deux entités se réservent, pour fin de publication, le droit de suggérer des précisions, ajouts ou modifications aux auteurs-es, notamment dans l’objectif de protéger l’ensemble des membres du SPPCM.

[1] http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/mobilisation/51883#iHMJYDsX78GTv6Zu.99

[2] https://www.gamonnet.com/citations/citations.html . Citation tirée de Zorn, Nicholas (2017).  J’ai profité du système : des centres jeunesse à l’université : parcours d’un enfant du modèle Québécois. Montréal; éditions Somme toute.  Doctorant en sciences politiques, M. Zorn est analyste à l’INM.